Ligue Magnus

PRESENTATION DE LA SAISON 2019-2020 : NICE, L’ANNÉE DE LA CONFIRMATION

Avant le début de la saison 2019-20 de Ligue Magnus, Plan de match vous présente l’ensemble des effectifs du championnat de France. Aujourd’hui, voyage sur la Côte d’Azur pour retrouver les Aigles de Nice. Une équipe qui a renouvelé une bonne partie de son effectif mais qui reste un concurrent sérieux aux playoffs.

L’an passé, Nice est rentré dans la cours des grands. Pour leur troisième participation à la Ligue Magnus depuis leur retour dans l’élite, les Aigles ont goûté pour la première fois aux playoffs en terminant 7e. Cette année, les Aigles voudront certainement en faire autant.

Pour cela, l’effectif a drastiquement évolué. De nombreux joueurs clés ont quitté le club, mais de nouveau joueurs, aux profils prometteurs, ont rejoint l’équipe. Suffisant pour prétendre de nouveau participer à la danse des séries éliminatoires ?

Selon le modèle de Magnus Corsi, l’effectif de Nice a le potentiel pour jouer les playoffs. Grâce à l’arrivée récente de Dusek à la place Lofqvist, les Aigles ont même rejoint Gap à égalité au 6e rang des prédictions. Nice est légèrement devant le groupe de Chamonix, Anglet et Mulhouse, mais devrait tout de même lutter avec ces équipes pour une place en séries. Avec l’effectif actuel, Nice a les moyens de confirmer la bonne saison passée.

Attaque : sans les Finlandais, Nice met le cap à l’Est

En attaque, Nice a subi une véritable fuite de ses meilleurs talents : Hrehorcak, Sabatier, Matis, Pertilla, Rajamki… Les deux derniers cités notamment font très mal puisqu’ils étaient clairement l’an passé parmi les tous meilleurs joueurs de la Ligue Magnus. Malgré cela, Nice a réussi à monter une attaque qui paraît compétitif sur le papier pour aller chercher une place en playoffs, notamment grâce à 3 premières lignes intéressantes composées essentiellement de recrues.

La recrue la plus intéressante est Jakub Illes, un Tchèque de 23 ans qui arrive de la deuxième division tchèque. Selon le modèle de prédiction statistique, Illes serait un joueur élite dans le championnat de France. L’an passé, il a inscrit 33 points en 47 matchs dans son club et a fini deuxième meilleur pointeur de celui-ci. Selon EliteProspect, Illes est un joueur de centre. Il devrait donc être le centre de 1e trio qui mène l’attaque des Aigles.

Parmi les autres recrues phares, deux autres centres : Mike Aviani et Antonin Dusek. Le premier est un croato-canadien de 26 ans qui a évolué en ECHL, en AHL, en EBEL et au Danemark. L’an passé, sa saison fut coupé en deux entre le Danemark et l’EBEL. Selon le modèle de Magnus Corsi, Mike Aviani serait le deuxième joueur de premier trio avec Illes (qui est lui élite). Nice pourra donc composer avec deux centres très intéressant sur le papier. Un troisième pourrait bien profiter de la Ligue Magnus pour se relancer, statistiquement parlant. Si le modèle ne voit en lui qu’un joueur de deuxième trio, l’expérimenté tchèque, Antonin Dusek, semble avoir un profil très intéressant. Au cours des deux dernières saisons, Dusek évoluait dans la première division tchèque, à Pardubice. Il a alors inscrit 20 points en 100 matchs de saison régulière. Cela se traduit par une projection de 0.79 point par match en Magnus, mais on peut imaginer que son rôle sera plus important en Magnus qu’en ExtraLiga et qu’il pourrait donc profiter d’un meilleur contexte pour dépasser cette prédiction. Pour compléter le centre de l’attaque de Nice, on retrouve un slovaque : Radomir Heizer. Agé de 31 ans, il sort de 4 saisons en première division slovaque, mais les deux dernières furent plus compliquées que les précédentes. Il sera intéressant de voir s’il peut se relancer en France tandis que le modèle voit en lui un joueur de 2e trio. Il sera également intéressant de voir si les quatre joueurs que nous avons cités seront au centre des 4 trios de l’attaque des Aigles ou s’ils seront associés en haut de l’alignement.

Plus haut dans l’alignement justement, on devrait retrouver le slovaque Ratislav Vaclav et le tchèque Ondrej Kopta. Les deux joueurs sont vus comme des joueurs de deuxième trio par le modèle de prédiction. Le premier des deux a 21 ans. Il sort d’une première saison en première ligue slovaque où il a inscrit 4 points en 27 matchs. Par ailleurs, il a bien figuré dans le championnat U20. Il y a inscrit 22 points en 17 matchs. A titre de comparaison, Palocko (qui était au club l’an passé) avait inscrit 17 points en 13 matchs à sa dernière saison en U20 slovaque. De son côté, Ondrej Kapta, 24 ans, enchaîne les saisons aux alentours de 20 points dans le championnat de deuxième division tchèque. Ces deux joueurs devraient également faire partie des fers de lance de l’attaque niçoise.

Pour compléter un top 9 principalement composé de nouveaux arrivants et, par conséquent, difficile à décrypter, Nice a fait appel à trois français. Celui ayant la prédiction la plus haute parmi eux est Norbert Abramov. Passé par Villard de Lans, Briançon, Grenoble, Lyon et Gap, Abramov a progressé continuellement pour devenir un marqueur régulier de 20 points par saison. A l’image de sa production, Abramov est bon dans tous les domaines sans exceller nulle part. Un joueur de 2e ou 3e trio, discret mais fiable.

Le top 9 de Nice est complété par deux français considéré comme des troisièmes lignes par le modèle. Le premier est Romain Carpentier, un des rares attaquants restés fidèles à la promenade des Anglais. Auteur d’environ 20 points à ses trois dernières saisons, Carpentier n’est pas pour autant un moteur d’attaque.

Par ailleurs, Nice a été cherché Loïc Chabert à Strasbourg pour compléter un top 9 très équilibré. En effet, selon le modèle, Nice possède le 5e meilleur premier trio, le 8e deuxième trio et le 6e troisième trio. Il faudra donc compter avec le haut de l’alignement niçois même si le nombre de recrues venues de l’étranger, et inconnues en France, doivent conduire à la prudence avant d’avoir vu l’équipe en action. Pour sa part, Chabert a réussi une saison à 20 points dans un contexte difficile pour son retour en élite. Il a surtout montré des choses intéressantes dans le jeu et notamment dans son impact sur la possession de l’équipe et sur la dangerosité de celle-ci en zone offensive.

Pour compléter cette attaque, Nice comptera sur Rémi Thomas, Yoanne Lacheny, Alexis Sutor et Louis Petit. La progression de ce dernier sera intéressante à suivre. L’an passé, pour sa première saison chez les pros, Petit a été cantonné sur la 4e ligne de Nice qui était outrageusement dominé. Malgré cela, il s’est distingué pour ses qualités techniques. Il fut notamment très précieux dans le jeu de transition. Il sera intéressant de voir s’il obtient du temps de jeu plus haut dans l’alignement au cours de l’année.

Défense : remplacer les Finlandais (aussi)

En défense, les Aigles de Nice ont connu un peu plus de stabilité mais ont tout de même perdu deux joueurs importants : Roni Viirlas et, surtout, Juha Tarkkanen. Avec les deux attaquants finlandais, Tarkkanen était l’autre principal moteur de cette équipe. Malgré tout, Nice semble également avoir construit une défense équilibrée malgré l’absence d’un véritable moteur complet comme pouvait l’être le finlandais. Petit point d’interrogation tout de même : il n’y a que deux droitiers. Plus important peut-être, le coaching. L’an passé, en attaque comme en défense, Sutor donnait l’impression de sous utilisé ses meilleurs éléments. Ainsi, Tarkkanen et Perilla avaient tous les deux un temps de jeu à 5 contre 5 dans la moyenne par rapport aux joueurs évoluant à leur poste dans la ligue. Rajamaki en avait davantage mais il n’atteignait pas le temps d’utilisation de joueurs comme Bouchard ou Giroux, leaders de jeu aussi dans leurs équipes. Pourtant, il est a priori préférable d’utiliser au maximum (dans la limite du raisonnable) ses meilleurs joueurs à 5 contre 5. Il sera donc intéressant de suivre cela à l’œil cette saison.

Pour en revenir à la défense, deux joueurs sont classés parmi les joueurs de premier duo : Olivier Dame-Malka et Radek Deyl. L’international français, franc-tireur en zone offensive, a eu l’an passé un impact positif sur le jeu de transition de Nice et sur la domination en terme de quantité de tirs tentés. Néanmoins, gros tireur plus que créateur de danger, Dame-Malka ne permettait pas à Nice d’obtenir beaucoup de chances de marquer. Surtout, en défense, Nice accordait énormément à l’adversaire. Néanmoins, l’échantillon de match étudié par Magnus Corsi (4) est faible et ODM reste un facteur important en transition et en zone offensive.

Radek Deyl de son côté arrive de Strasbourg. Il y était le deuxième meilleur pointeur parmi les défenseurs derrière Scott Prier. Il était un vrai facteur positif sur la possession de son équipe. C’est également un bon joueur en transition et un très bon passeur en zone offensive. Il sera intéressant de voir s’il peut hisser son niveau de jeu au sein d’une meilleure équipe dans la ligue.

Derrière, Nice a attiré deux nouveaux venus en Ligue Magnus, Martin Matejicek et Boris Brincko. Le premier a 28 ans et a évolué dans les deux premières divisions tchèques. Son profil semble surtout défensif. Boris Brincko est plus jeune, 20 ans, et a évolué l’an passé avec le HK Poprad U20 et l’équipe de Slovaquie U20 l’an passé en première et deuxième division slovaque. Il a également connu une expérience en France, à Nantes. Il semble également avoir un profil plus défensif.

Enfin, Nice pourra de nouveau compter sur sa paire Scolari-Dorey. Aurélien Dorey est celui qui a la prédiction la plus haute mais l’an passé les deux joueurs avaient inscrit 11 points et 10 points. L’an passé, les deux joueurs, parmi les plus utilisés et formé une paire très solide défensivement mais plus absente offensivement.

Gardiens : c’est prometteur

Au poste de gardien de but aussi Nice a fait appel à un étranger nouveau venu en France en la personne de Patrik Nechvatal. Celui-ci a un profil prometteur puisqu’il a joué dans des championnats au niveau élevé tout en se maintenant régulièrement au-dessus de la barre de 90% d’arrêts. Il sera épaulé par Julian Barrier qui jouera une deuxième saison en tant que backup niçois.

Mathieu Brosseau
Mathieu Brosseau a pratiqué le hockey dans son enfance, depuis, il l’analyse. D’abord journaliste à Hockey en France, il fait ensuite une pige chez Hockey Archives lors des Jeux Olympiques et, plus régulièrement, sur Le Sport Dauphinois où il parle de hockey mais aussi d’autres sports. Entre temps, il se spécialise dans l’analyse statistiques et se lance dans le projet Magnus Corsi dès le départ avec Thibaud Chatel ce qui lui permettera également de passer de l’autre côté du rideau en devenant analyste statistique d’une équipe de D2. Par ailleurs, il monte également, avec Matthieu Davin, le podcast On Refait La Glace
×
Mathieu Brosseau a pratiqué le hockey dans son enfance, depuis, il l’analyse. D’abord journaliste à Hockey en France, il fait ensuite une pige chez Hockey Archives lors des Jeux Olympiques et, plus régulièrement, sur Le Sport Dauphinois où il parle de hockey mais aussi d’autres sports. Entre temps, il se spécialise dans l’analyse statistiques et se lance dans le projet Magnus Corsi dès le départ avec Thibaud Chatel ce qui lui permettera également de passer de l’autre côté du rideau en devenant analyste statistique d’une équipe de D2. Par ailleurs, il monte également, avec Matthieu Davin, le podcast On Refait La Glace

Laissez un commentaire

instagram default popup image round
Follow Me
502k 100k 3 month ago
Share