Ligue Magnus

PRESENTATION DE LA SAISON 2019-2020 : BORDEAUX, OUTSIDER CRÉDIBLE ?

Avant le début de la saison 2019-20 de Ligue Magnus, Plan de match vous présente l’ensemble des effectifs du championnat de France. Place aux Boxers de Bordeaux, la première équipe qui fait partie du groupe d’outsiders cette saison. Après un intersaison plus calme que celui de l’an passé, les Boxers ont-ils l’équipe pour retourner en demi-finale ?

L’an passé, à la même époque, Bordeaux attaquait le championnat avec une pénalité de 9 points et une équipe remaniée à la dernière minute. Cette année, Bordeaux a construit plus paisiblement et a connu un été bien plus tranquille malgré les 3 points de pénalité infligés aux Boxers dans la liste des sanctions datant de l’an passé. Bouclant son mercato assez rapidement, Bordeaux a bâti une équipe capable de lutter pour le titre.

Après une demi-finale perdue en sept matchs contre Grenoble il y a deux ans, Bordeaux a encore chuté en sept matchs l’an passé face à Amiens en quart de finale. Cet été, malgré une salve de départ importante, Bordeaux a tout de même réussi à attirer de bons joueurs pour garder une équipe très compétitive.

Le principal changement de l’été se situe finalement derrière le banc. En effet, le sélectionneur de l’équipe de France, Philippe Bozon, n’est plus à la tête des Boxers. C’est Olivier Dimet, anciennement entraîneur de l’Hormadi d’Anglet, qui a remonté la côte atlantique pour venir le remplacer. On peut aisément imaginer que le style de jeu va changer et que cela pourrait apporter un souffle nouveau à cette équipe.

Classé cinquième par le modèle de Magnus Corsi, Bordeaux est légèrement en retrait par rapport à Angers ou Amiens. Néanmoins, les Boxers font parti de ce petit groupe d’outsiders pour le titre grâce à une équipe équilibrée.

Attaque : Qui pour porter le top 6 ?

Cet été, le secteur offensif de Bordeaux a été décimé par les départs. Adam Hughesman, Peter Vallier, Matthias Terrier, Tanner Glass, Andrew Johnston, Maxime Sauvé (plus tôt dans la saison) et Julien Desrosiers ont quitté la ville du Sud-Ouest. Pour les remplacer, les Boxers ont fait appels à des recrues principalement canadiennes ou venant d’un autre club de Ligue Magnus. Ce recrutement a permis d’avoir un bon effectif global, mais le haut de l’alignement pose question pour une équipe faisant parti des outsiders du championnat. Si Bostjan Golicic peut tout à fait être l’arme offensive principale de cette équipe, que ce soit à l’aile ou au centre, le soutien qu’il aura à ses côtés n’est pas aussi convaincant. Un seul joueur de l’équipe est considéré comme un joueur de première ligne et le premier trio est classé 9e par le modèle de Magnus Corsi. Bien sûr, ce classement s’améliore si on place Félix Petit avec Bostjan Golicic et Alexandre Ranger, mais c’est la deuxième ligne qui dégringole dans le classement dans ce cas de figure. Pour que cette attaque bordelaise se montre à la hauteur des autres candidats aux demi-finales, il faudra que certains joueurs dépassent leur prédiction, notamment dans le bon nombre de joueur ayant une prédiction comprise entre 0.72 et 0.62. Une fourchette correspondant au plancher du groupe des attaquants de deuxième trio.

Avant de s’intéresser à ces joueurs, il faut tout de même s’attarder sur le bon coup du recrutement bordelais : Bostjan Golicic. Après une saison blanche à Grenoble, le Slovène a donc posé bagage en Aquitaine pour se relancer. Arrivé en France en 2012-2013, Golicic a connu les clubs de Briançon, de Gap et de Grenoble. Au cours de sa carrière en Ligue Magnus, Bostjan Golicic n’a jamais terminé une saison en-dessous de la barre du point par match. Au cours de sa dernière saison complète, il y a deux ans, le Slovène a inscrit 50 points en 37 matchs. Capable d’évoluer au centre ou à l’aile, Golicic fait clairement parti des meilleurs joueurs de Ligue Magnus.

En dehors de ce joueur Elite, Bordeaux a réuni un gros groupe de joueur top 6 venu du Canada. Le premier, le seul joueur classé comme un première ligne, arrive d’ECHL. Il s’agit du droitier de 24 ans, Alexandre Ranger. Ce joueur a connu la AHL, la LHJMQ et l’ECHL. Au cours de sa carrière en ECHL, Ranger a inscrit en moyenne 0.49 points par match. Un chiffre relativement peu élevé, mais l’ECHL a un niveau plus élevé que la Ligue Magnus. Il sera donc intéressant de suivre son évolution.

Deuxième canadien attiré par Bordeaux cet été, Felix Petit fait son retour en France. Le centre de 31 ans a évolué l’an passé en LNAH après avoir évolué cinq saisons en Magnus. Au cours de ces cinq saisons, Petit a dépassé la barre du point par match de moyenne quatre saisons sur cinq. Ennuyé par des blessures en 2017-18, il avait alors décidé de retourner au pays. En LNAH, il a inscrit 25 points en 31 matchs. A titre de comparaison, dans son équipe, Alexandre Giroux (ex BDL) a inscrit 36 points et David Labrecque (ex Lyon, Gap, BDL, Briançon) a inscrit 26 points. Ainsi, même si rien ne garantit que Petit puisse atteindre de nouveau la barre du point par match, son apport offensif et sa production seront encore importants.

Sur l’aile gauche, Bordeaux comptera sur trois profils différents capables d’évoluer sur le top 6 et ayant des projections très proches. L’un arrive d’un autre club de Ligue Magnus, c’est Loik Poudrier. Celui-ci a accompagné son coach basque, Olivier Dimet, dans sa remontée de la côte atlantique. L’an passé, Poudrier a inscrit 39 points en 40 matchs avec Anglet. Au-delà de ça, l’équipe était bien plus dangereuse offensivement, et défendait bien mieux avec lui sur la glace. Sa qualité pour se créer des tirs dangereux a également été particulièrement visible. S’il parvient à réussir une nouvelle saison autour du point par match, il sera un bel atout pour Bordeaux.

Resté au club, Jonathan Lessard fera encore parti de l’attaque bordelaise ; Contrairement aux autres présentés jusqu’à maintenant, Lessard ne s’est jamais approché du point par match sur une saison entière de Ligue Magnus. Ses statistiques sont dans la moyenne de la Ligue Magnus même si la défense est assez permissive avec lui sur la glace. Sa qualité première est son activité en zone offensive. Jonathan Lessard ne sera certainement pas l’atout principal de cette attaque. Il s’agit avant tout d’un joueur de complément sur top 6 ou un top 9.

Enfin, sur cette aile gauche, les Boxers ont été cherché Charles-Eric Légaré. Canadien lui aussi, Légaré a 25 ans et sort de trois années de LHJMQ et quatre années de USports, le championnat universiatire canadien. Là-bas, il a inscrit 55 points en 111 rencontres, mais sa dernière saison est meilleure puisqu’il a mis 21 points en 27 matchs. Il fut alors le 5e pointeur de son équipe. A titre de comparaison, Pierre-Maxime Poudrier, qui a inscrit 17 points avec Amiens l’an passé, avait inscrit 30 points en 28 matchs d’USports l’année avant son arrivée en Ligue Magnus. Légaré devra donc dépasser les attentes pour devenir un joueur de premier plan dans une équipe d’outsider en Ligue Magnus.

A droite, en plus de Ranger, Bordeaux a décidé de poursuivre l’aventure avec Victor Barbeo. Arrivé de LNB suisse l’an passé, Barbero a inscrit 24 points en 35 matchs avec Bordeaux. SI le français ne brillait pas dans son jeu de transition, Bordeaux était dominateur avec lui sur la glace, notamment grâce à son jeu de passe en zone offensive et à une défense très solide lorsqu’il était présent sur la glace. Cette année, à 28 ans, Barbero aura certainement un rôle plus important dans cette équipe et il sera intéressant de voir s’il parvient à devenir un meneur d’attaque.

Pour compléter le top 9, Bordeaux aura le choix entre trois joueurs : Alexandre Mulle, Robin Colomban et Mathias Arnaud. Mulle, déjà au club l’an passé, à un profil plutôt offensif. L’an passé, il a inscrit 22 points en 44 matchs et a montré de belles qualités en entrée de zone et en zone offensive. Néanmoins, si Bordeaux était plus dangereux avec lui sur la glace, la défense était également plus en difficulté.

Robin Colomban a lui aussi un profil très complet pouvant jouer au centre, à l’aile, voir même à l’arrière où il a passé pas mal de temps l’an passé. Le jeune français est très bon défensivement et dans la relance mais plus effacé en zone offensive. Néanmoins, avec un rôle plus offensif, il serait intéressant de suivre son évolution.

Enfin, Bordeaux est allé chercher de l’expérience avec le bout en train grenoblois, Mathias Arnaud. Au-delà de la quinzaine de points qu’il parvient à inscrire tous les ans, Arnaud est surtout un excellent joueur défensivement et un joueur propre avec la rondelle. Un joueur très complet, même s’il pourrait parfois prendre plus d’initiatives offensivement.

Pour compléter cette attaque, Bordeaux compter sur Julien Guillaume, qui sort d’une saison compliquée et Julles Gallet qui devrait connaître sa première expérience en tant que titulaire en Ligue Magnus.

Finalement, en dehors de Bostjan Golicic, l’attaque de Bordeaux manque « d’impact player » sur le papier. Certes, l’attaque est globalement équilibrée, mais pour jouer le haut de l’affiche, Bordeaux aura besoin que des joueurs prennent ce rôle en plus du Slovène. Malgré tout, certains comme Loik Poudrier et Felix Petit, ont déjà connu des saisons exceptionnelles en Magnus et pourrait être capable de se hisser à ce niveau.

La défense : un bel équilibre

Comme l’attaque, la défense a été bâtie avec le souci de l’équilibre. Des joueurs complets comme Janil et Moisand sont restés et des joueurs plus à même de produire offensivement sont arrivés. Ainsi, selon le modèle de Magnus Corsi, Bordeaux a la 4e meilleure défense de Ligue Magnus, tout proche de Angers et Rouen, les 3e et 2e. De plus, le top 4 est équilibré entre les gauchers et les droitiers.

A droite, ce sont deux joueurs qui sont au club depuis quatre saisons qui seront encore à la baguette : Maxime Moisand et Jonathan Janil. Si ce ne sont pas les défenseurs les plus productifs, les deux joueurs sont parmi les défenseurs complets de Ligue Magnus. Néanmoins les deux joueurs ont des atouts à mettre en avant. Du côté de Moisand, c’est avant tout sa propreté pour relancer l’attaque de Bordeaux. Pour Janil, son activité en zone offensive et le nombre de chances de marquer que cela amène. Néanmoins, on note que, l’an passé, Janil accordait également beaucoup de chances à l’adversaire.

Pour épauler les deux français, au profil relativement complet, Bordeaux avait besoin d’aller chercher des défenseurs capables d’être des défenseurs de première paire en Ligue Magnus. Sur le papier, c’est chose faite. Tout d’abord, Mitch Fergusson, canadien gaucher de 25 ans, est classé parmi les joueurs « élite » par Magnus Corsi. Arrivé de NCAA III, Fergusson a inscrit 63 points en 68 matchs en trois saisons dans ce championnat. Lors de sa dernière saison, Fergusson a inscrit 36 points en 29 rencontres, faisant de lui le 3e meilleur pointeur de son équipe et le 1er défenseur. Ces chiffres lui permettaient également d’être le meilleur pointeur parmi les défenseurs de la ligue. Certes, le passage de la NCAA III à la Magnus n’est pas toujours facile et évident, mais Bordeaux a de bonnes chances d’avoir mis la main sur un défenseur numéro 1, capable de soutenir l’attaque.

L’autre canadien gaucher recruté par Bordeaux est plus expérimenté et il évoluait déjà de ce côté-ci de l’Atlantique, il s’agit de Félix-Antoine Poulin. L’an passé, le Québécois évoluait à Manchester, en EIHL, et il a inscrit 23 points en 48 rencontres. Dans cette équipe, il était le deuxième défenseur en termes de points inscrits. Si cela est moins tape à l’œil que Fergusson, Poulin semble également armé pour être un défenseur top 4 capable de soutenir l’attaque.

Pour compléter la défense, Bordeaux comptera sur François Paquin et Aina Rambello, deux gauchers restés au club à l’intersaison. Les deux joueurs semblent sur le papier avoir des profils complémentaires pour une troisième paire défensive : Aina Rambello performe en défense et dans la relance tandis que François Paquin, capable de jouer en attaque et en défense, a un profil plus offensif. Il était d’ailleurs sur le powerplay lors de la première journée contre Gap.

Gardiens : la stabilité, évidemment

Pourquoi faire des changements au poste de gardien de but quand on possède l’un des gardiens les plus réguliers en Ligue Magnus et l’un des meilleurs backups qui est aussi l’un des plus gros espoirs au poste en France ? Bordeaux n’avait pas de raison de changer quoique ce soit et les dirigeants ont réussi à conserver ces deux joueurs. Depuis la saison 2013-14, Clément Fouquerel n’est jamais passé sous la barre des 90%. Certes, il a connu des ennuis physiques ; certes, ses deux dernières saisons sont un peu moins bonnes, mais le portier demeure l’une des valeurs sûres de ce championnat de France. Pour l’épauler, Julian Junca, 21 ans, devrait continuer son excellent travail. Le jeune français au gabarit imposant s’est adapté à une vitesse éclair à la Magnus en arrêtant 91.8% des rondelles dirigées vers son filet au cours des dix matchs qu’il a joué la saison passée. En plus, Junca a semblé s’améliorer tout au long de l’année pour finir avec deux superbes matchs contre Amiens et Mulhouse. Contre Amiens, il avait réalisé 39 arrêts pour permettre à son équipe de s’imposer 5 à 2.

A long terme, Bordeaux possède, à coup sûr, deux numéros uns dans l’équipe, mais n’est-ce pas déjà le cas ?

Mathieu Brosseau
Mathieu Brosseau a pratiqué le hockey dans son enfance, depuis, il l’analyse. D’abord journaliste à Hockey en France, il fait ensuite une pige chez Hockey Archives lors des Jeux Olympiques et, plus régulièrement, sur Le Sport Dauphinois où il parle de hockey mais aussi d’autres sports. Entre temps, il se spécialise dans l’analyse statistiques et se lance dans le projet Magnus Corsi dès le départ avec Thibaud Chatel ce qui lui permettera également de passer de l’autre côté du rideau en devenant analyste statistique d’une équipe de D2. Par ailleurs, il monte également, avec Matthieu Davin, le podcast On Refait La Glace
×
Mathieu Brosseau a pratiqué le hockey dans son enfance, depuis, il l’analyse. D’abord journaliste à Hockey en France, il fait ensuite une pige chez Hockey Archives lors des Jeux Olympiques et, plus régulièrement, sur Le Sport Dauphinois où il parle de hockey mais aussi d’autres sports. Entre temps, il se spécialise dans l’analyse statistiques et se lance dans le projet Magnus Corsi dès le départ avec Thibaud Chatel ce qui lui permettera également de passer de l’autre côté du rideau en devenant analyste statistique d’une équipe de D2. Par ailleurs, il monte également, avec Matthieu Davin, le podcast On Refait La Glace
instagram default popup image round
Follow Me
502k 100k 3 month ago
Share