EditoLigue Magnus

Quelle formule pour une Magnus pérenne ?

Depuis le début de la crise sanitaire, nous avons eu l’occasion d’échanger avec les acteurs du hockey Français. Personne ne sait comment le hockey sortira de cette crise à la fois sanitaire mais surtout économique. Actuellement l’ensemble des acteurs du hockey hexagonal discute des modalités de reprise du hockey à l’automne 2020. Plan de match souhaite apporter une vision particulière à cette reprise.

Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, le hockey français va mal, il n’a pas de modèle économique stable qui lui permettrai de rebondir face à cette crise. Notre sport est mineur dans notre pays. Par ailleurs la professionnalisation du hockey est encore toute récente comme nous l’évoquions récemment. Cependant nous sommes persuadés que si tous les acteurs s’entendent nous pourrions trouver une solution qui soit profitable pour tout le monde : les clubs, les joueurs et la fédération et la ligue. Nous avons pour cela plusieurs options possibles que nous avons déjà parcouru à savoir : l’arrêt des relégations / promotions pendant plusieurs années, ainsi les clubs pourraient se renforcer financièrement ; nous pourrions également mettre en place une ligue fermée avec un sponsor national. Cette option nous parait en l’état actuel complètement utopiste, aucun sponsor d’envergure national ne souhaiterai prendre le risque du développement du hockey sur glace encore plus dans la situation actuelle. Mais alors quelle est la solution miracle ?

Nous ne pensons pas qu’il y ait de solution miracle, mais une solution qui permettrait de rendre les clubs plus sereins économiquement et dégager des revenus complémentaires leurs permettant de se structurer plus facilement.

Qu’est ce que veut dire structurer un club ?

Structurer un club c’est s’assurer d’avoir suffisamment de compétences et d’outils au sein du club pour être compétitif. La structuration passe aussi par la mise en place d’une formation de qualité pour les clubs élites. Malheureusement aujourd’hui nous n’avons que deux, peut être trois clubs de Magnus qui ont une formation qui permet de développer de jeunes joueurs Français. C’est être en mesure d’utiliser des outils modernes pour améliorer son système de jeu. Se Structurer c’est avoir des partenariats solides et un marketing développé. C’est avoir une communication professionnelle, être présents sur les réseaux sociaux pour faire vivre votre communauté de supporter. Cela peut également passer par une WebTV, c’est une autre histoire que nous vous raconterons ultérieurement.

Ainsi pour pouvoir se structurer nos clubs de Magnus doivent dégager un excédent. Pour cela il faut être en mesure de s’assurer un minimum de revenus. Nous avons déjà évoqué le fait que ces revenus provenaient majoritairement de la billetterie. Plus vous avez de matchs à domicile, plus vous êtes susceptible d’augmenter vos revenus. Si vous êtes en mesure de réduire vos coûts notamment de déplacements vous générer mécaniquement un excédent. Pour cela, il existe une formule qui pourrait correspondre à ce besoin : un championnat en mode conférences. Nous vous proposons aujourd’hui une formule à 48 matchs avec un championnat par conférences.

Cette formule a déjà été évoqué à plusieurs reprises auprès de la fédération et des clubs mais elle n’a pas été retenue car il semblerait que cela créer un avantage pour certains clubs.

Nous avons fait l’exercice en prenant arbitrairement un découpage Est-Ouest, avec les équipes actuelles cela donnerait :

La formule que nous présenterons comporte 48 matchs, pour cela il nous faudrait supprimer la trêve internationale de Décembre pour la Magnus, c’est ce qui est fait dans d’autres championnat notamment l’Allemagne. Cependant il est possible de l’adapter en fonction des possibilités.

48 matchs, d’accord mais comment ?

Nous savons que certains clubs se disent désavantagés parce qu’ils feraient face à plusieurs gros clubs dans leur conférence. A l’Ouest vous auriez Angers, Amiens et Rouen quant à l’Est vous n’auriez que Grenoble, admettons. Cela voudrait dire que pendant quelques saisons (peut-être) vous auriez du mal à accéder aux premières places de votre conférence. L’objectif est de faire gagner tout le monde et de faire jouer le plus possible les équipes dans un environnement sécurisé. Imaginons donc 48 matchs avec 3 confrontations avec la conférence opposé et 6 matchs au sein de votre propre conférence.

Selon nous permet de multiplier les derby qui sont sources de revenus non négligeables pour chacun des clubs. Nous estimons une hausse des revenus de l’ordre de 10 à 15% sur la saison.

Par ailleurs si vous pouvez jouer chaque jour de la semaine vous êtes en mesure d’adapter le calendrier pour pratiquement toutes les équipes.

Prenons l’exemple de Rouen et de Grenoble, ces deux équipes joueraient l’une face à l’autre 3 fois dans la saison, cela pourrait se faire dans un back to back pour éviter les A/R qui se font actuellement. Ces allers-retours actuels ne sont pas bons ni pour l’écologie, ni pour les athlètes. Faisons par exemple un premier ‘road trip’ dans les Alpes entre le 20 et le 30 décembre par exemple pour une ou deux équipes de la conférence Ouest.

En utilisant cette méthode, selon nos estimations vous économiseriez entre 15 et 20% du budget transport. En fin de saison vous avez plus de revenus et moins de dépenses, de quoi accélérer votre développement soit dans la formation, soit dans les nouvelles technologies hockey, soit dans le recrutement.

Enfin, proposons des playoffs pour tout le monde !

En fin de saison il y a plusieurs solutions qui s’offrent à nous. Tout d’abord prendre le classement général de l’ensemble de la ligue et proposer de faire le 1er face au 8ème peu importe la conférence. Les 4 derniers d’affrontent en 4 de 7 et le dernier est éventuellement relégué. Ce qui est bon c’est que la saison dure dans le temps pour tout le monde et le suspens est total jusqu’à la fin de la saison.

Evidemment cette solution n’est pas parfaite mais elle a le mérite de s’étudier pour faire progresser le hockey. Le débat est ouvert…

L'auteur
Rédacteur en chef, éditorialiste
Suiveur de la Magnus. Suiveur accrédité auprès de l’Equipe de France depuis 2015. Fan de statistiques avancées ou non.
×
Rédacteur en chef, éditorialiste
Suiveur de la Magnus. Suiveur accrédité auprès de l’Equipe de France depuis 2015. Fan de statistiques avancées ou non.

Laissez un commentaire

instagram default popup image round
Follow Me
502k 100k 3 month ago
Share