Equipes de FranceHors-jeu

Le Pôle France un accélérateur de projet : l’athlète au centre.

Le projet du hockey est féminin et novateur : pendant le confinement des webinaires ont été proposées à l’ensemble des joueuses du Pôle France en collaboration avec les joueuses de l’Equipe de France. Plan de match a voulu en savoir un peu plus sur l’organisation du Pôle France et le fonctionnement du hockey féminin. Jean-Baptiste Chauvin, responsable du Pôle France a répondu à nos questions.

Plan de match : Jean-Baptiste, qui êtes-vous ?

J’ai trente-huit ans et originaire de Gap. J’ai entraîné tôt puisque mon premier poste d’entraineur c’était pour entrainer ma petite sœur (sourires). Après une courte carrière de joueur, j’ai continué mes études en S.T.A.P.S. en Master à Marseille (management du sport). J’ai coupé les ponts avec le hockey sur glace pendant quelques temps mais je voulais absolument revenir dans le hockey avec une double casquette d’entraineur et de préparation physique. En 2012, j’ai fait une saison à Lyon en D1 puis retour à Gap pour l’entrainement des équipes du hockey mineur et des professionnels du club Haut Alpin. Tout d’abord avec Ari SALO puis Luciano BASILE auprès desquels j’ai énormément appris pendant ces 4 années.

Plan de match : Vous êtes responsable du Pôle France depuis septembre 2017, quels sont les objectifs du Pôle ?

Lorsque je prends la direction du Pôle France en 2017 Chambéry, l’idée initiale de lancer le projet du Pôle France avec transfert de Chambéry vers Cergy. Nous avions comme objectif de renforcer la visibilité du Pôle France mais aussi de créer l’envie d’intégrer le pôle France. Pour réaliser cela il nous faut un travail d’équipe avec les équipes de France FU18 et Sénior. Nous travaillons main dans la main avec Emmanuel COLLIOT, Sébastien ROUJON et Jérôme PEREZ. De mon côté je suis « Entraineur National » des FU16 et j’anime un stage fédéral tous les ans à Vaujany. Cela me permet de garder un lien avec le « terrain » et commencer à repérer les talents potentiel très tôt. C’est à moi d’identifier les talents grâce à l’ensemble des actions féminines pour leur entrée dans le Pôle France. Ensuite il nous fallait développer l’importance du Pôle France dans le projet féminin. Le déménagement à Cergy a contribué à développer ce point. Notre idée est de mettre l’athlète au centre du projet. Nous souhaitons développer les joueuses sur l’ensemble des aspects de la performance sportive (Physique, Psychologique, Social, …). Nous partageons l’idée qu’une athlète de haut niveau ne se développe plus uniquement sur la glace. Au-delà du développement sportif de la joueuse, nous souhaitons l’aider à bâtir un projet complet qu’il soit sportif, physique ou social. Dans ce cadre-là, Emmanuel supervise et coordonne la vision globale des collectifs. Moi je dois créer une osmose avec Sébastien et Jérôme. 

Plan de match : Quel est le quotidien du responsable du pôle France ?

Au quotidien je m’occupe prioritairement de tout ce qui touche à l’extra-sportif dans le projet de la joueuse. Mon objectif est que les joueuses comme les intervenants du staff puissent être focaliser à 100% sur leurs tâches. Je m’occupe de l’organisation au jour le jour du Pôle France. Nous travaillons en équipe pour faciliter le projet de chacune des joueuses. 

Plan de match : Comment se compose le pôle France ? Son organisation ?

Tout d’abord le Pôle France réunit les joueuses entre 15 et 20 ans soit pendant toute la période du lycée. Pour la saison 2019-2020 nous avions 17 joueuses au Pôle France (U15-U22). A partir de septembre 2020 nous en accueillerons 23. Elles logeront dans une résidence à environ 400 mètres de l’Aren’Ice. Le staff est composé d’une équipe complète au service des joueuses. Nous avons une Diététicienne-Nutritionniste, un Docteur, une Kinésithérapeute, une Psychologue et une professeure coordinatrice. La psychologue accompagne les joueuses autant sur le sportif comme la préparation mentale que le passage d’étape dans la vie de tous les jours. Cela peut-être la préparation à la séparation avec les parents ou encore le départ à l’étranger. La professeure coordinatrice, elle, m’accompagne pour faire le lien avec l’Education Nationale avec les différents lycées de secteur. L’organisation est différente de Chambéry où les joueuses étaient en internat au lycée. 

Ici le Pôle France est un accélérateur de projet individuel tant sportif, Social que scolaire. Nous accompagnons nos joueuses pour mener à bien leurs projets qui sont souvent multiples. Nous les mettons dans les meilleures conditions pour qu’elles s’entrainent et s’améliorent tant au niveau sportif que scolaire. Le centre de notre attention c’est l’athlète et son projet. Nous profitons des expériences précédentes /et des réseaux des parcours précédents. 

Plan de match : Vous suivez à la fois l’objectif des joueuses qui est en corrélation avec l’objectif du projet féminin de hockey ?

Exactement. Nous travaillons pour l’avenir des joueuses. Le Pôle France ce n’est pas uniquement un accélérateur de projet, nous avons des passerelles ; c’est pourquoi nous impliquons le staff de l’équipe de France sénior dans nos échanges. Nous sommes le principal fournisseur de joueuses à long terme, nous ne voulons pas de trou générationnel. Nous avons un objectif commun : participer aux Jeux Olympiques en 2022 à Pékin et ceux de 2026 à Milan. Il nous faut des joueuses de talents en plus grand nombre possible. Grâce à notre structure nous savons quel est le niveau des FU16 et nous savons où nous voulons aller avec les séniors. Le lien est fait. 

Plan de match : Aujourd’hui le Pôle France c’est 23 joueuses, c’est le maximum possible ? Pour quel budget ?

La structure actuelle du Pôle France fait que nous pouvons accueillir jusqu’à 25 joueuses. Cependant si nous devions en accueillir plus, nous trouverions une solution. Nous avons un projet, qui dit projet dit « chemin critique », chaque étape passée est une victoire mais nous n’arrêtons jamais. C’est d’ailleurs dans ce cadre-là que Jérôme Perez a eu l’idée des Webinaires pendant le confinement sur la préparation physique. Nous avons ensuite élargi avec d’autre thématique. Nous ne voulions pas perdre le contact avec nos joueuses. L’ensemble de l’Equipe France a travaillé dans le même sens pour que le projet réussisse et cela a été une réussite. Notre projet évolue en permanence. Nous avons une équipe qui fonctionne avec Grégory, Emmanuel, Sébastien, Jérôme, l’ensemble du staff FU18 et nous réfléchissons déjà à d’autres formules. En termes de budget je n’ai pas de chiffres précis car il est découpé entre le Pôle France et le budget de la DTN lui-même découpé entre le projet féminin et masculin.

Plandematch.fr continuera de suivre le Pôle France et le hockey féminin car nous avons la ferme intuition que nos féminines iront aux Jeux Olympiques avec une équipe qui a les bonnes personnes aux bons endroits. Par ailleurs lors de nos différents échanges l’osmose qui règne à tous les niveaux se ressent fortement. Prochaine grande étape : février 2021 normalement avec le TQO. 

L'auteur
Rédacteur en chef, éditorialiste
Suiveur de la Magnus. Suiveur accrédité auprès de l’Equipe de France depuis 2015. Fan de statistiques avancées ou non.
×
Rédacteur en chef, éditorialiste
Suiveur de la Magnus. Suiveur accrédité auprès de l’Equipe de France depuis 2015. Fan de statistiques avancées ou non.

Laissez un commentaire

instagram default popup image round
Follow Me
502k 100k 3 month ago
Share