Equipes de FranceInternationalInterviews

Recevoir le Norby et le MVP cette saison est une belle récompense.

Dans le cadre de notre mise en lumière du hockey Français, nous avons voulu donner la parole à deux soeurs jumelles qui pratiquent leur sport loin de leur pays en Amérique du Nord. A quoi ressemblent leurs vies ? Retour sur leur saison et les objectifs de la prochaine saison, acte 1 avec Anaïs Aurard qui évolue en NCAA III à Saint Norbert dans le Wisconsin.

Plan de match : Anaïs, comment as-tu vécu le confinement ? Comment prépare-t-on la prochaine saison dans cette situation ?

Déjà pour commencer je suis resté malgré moi en Amérique du Nord. Je vis dans la famille qui m’accueille près de Chicago, la famille Wood en ce moment. Brianna, Gigi, Brian et Darleen ce sont eux qui m’hébergent pendant cette période de confinement. Le confinement n’est pas facile, de rester coincé à l’intérieur tout le temps ça rend fou. Pour me préparer pour la saison prochaine, je cours tous les jours puis je fais les préparations de l’équipe de France et de mon université avec l’équipement que je peux trouver. Je suis très souvent en contact avec mes coachs pour faire le point sur la préparation et sur la saison qui arrive.

Plan de match : Pourquoi et comment avoir fait le choix de l’Amérique du Nord très tôt ? (Vermont puis Wisconsin).

Ma soeur (Chloé) s’est fait recruter par la Vermont Academy, ils m’ont demandé si j’étais intéressée également de faire ce saut. J’ai saisi cette opportunité et je l’ai suivi. Peu de temps après je me suis retrouvé au St Norbert College qui est venu me chercher pour être leur gardienne, j’ai accepté. Je voulais vivre toutes les opportunités à fond. Mes parents m’ont toujours soutenu et nous ont poussé à prendre ces opportunités. L’éloignement ce n’est pas toujours facile surtout quand on part très tôt comme Chloé ou moi mais ce sont d’excellentes expériences.

Plan de match : Peux-tu nous dire comment le hockey s’organise en NCAAIII / la vie dans le Wisconsin? 

Tout d’abord dans le Wisconsin, il fait très froid, l’hiver est fou ici (rires). La vie ici est sympa, je vis dans une petite ville et ça me fait beaucoup penser à Villard. Ma première équipe, celle qui m’a formé les Ours, c’est une des raisons pour lesquelles j’aime bien cet endroit. En NCAA III, le championnat est principalement régional, si on gagne le championnat alors on arrive au niveau national. On retrouve à ce moment-là les meilleures équipes de NCAA III. En termes de suivi et d’entrainement, nous avons des tests en début et en fin de saison. Nous avons des préparations tous les jours. L’Université nous accompagne dans notre développement et si nous le souhaitons nous pouvons faire appel à des nutritionnistes par exemple.  A mon niveau l’entrainement est spécifique pour chaque joueuse, chaque jour et chaque semaine cela change en fonction des résultats du week-end. C’est un suivi de très bonne qualité et je m’y plais vraiment bien.

Plan de match : Quelles différences avec ce que tu as pu vivre en France ?

Pour commencer, ici avec l’université tout est fait pour pouvoir combiner le sport et les études. C’est beaucoup plus facile à gérer pour nous. Les professeurs sont à notre écoute et souhaitent que nous réussissions. Les classes sont plus petites, cela nous permet d’avoir le temps de bien assimiler tous les cours. Côté sportif j’aime beaucoup l’idée de représenter notre école. On joue vraiment pour notre Université et cela veut dire beaucoup ici. Par ailleurs, les coachs ne peuvent pas nous laisser jouer ou pratiquer si les résultats scolaires ne suivent pas. Nous avons des suivis scolaires pour pouvoir jouer.

Plan de match : … et niveau coaching et entraînements, est-ce que tu peux nous dire comment cela fonctionne ?

Alors une journée type pour moi, nous avons entrainement le matin donc je me lève a cinq heure du matin, puis je vais à l’entraînement et la préparation physique jusqu’à environ 8h, ou 9h30 si on a entraînement des gardiens. Ensuite je vais en cours et je travaille la journée, le soir je fais du volontariat à la patinoire pour entraîner les enfants puis je reviens et je vais a mon deuxième boulot environ jusqu’à 21h le soir. Je rentre après 21h00, je dois encore faire mes devoirs, à manger et après je me couche. Ici les entraîneurs son toujours à disposition, le matin ou le soir. On peut faire des entrainements spécifiques avec eux si on le souhaite. C’est plutôt intense comme journée. Je ne vois pas les journées passer.

Plan de match : Une belle saison pour toi, déclarée MVP, comment l’as-tu vécue ?

Au début de la saison nous avons eu un nouvel entraineur, cela a été compliqué pour nous de nous retrouver. Il fallait que nous travaillions sur nos valeurs. On a travaillé très, très dur cette saison ensemble. L’alchimie a pris sur la glace. Nous avions une équipe très soudée. C’était une vraie bande d’amies. J’ai aussi reçu le Norby, c’est une vraie reconnaissance de mon implication sur et hors la glace. C’est une distinction qui veut dire beaucoup pour moi. Cela récompense tout le travail effectué pour l’équipe. J’ai travaillé dur toute la saison et j’ai cru en l’équipe tous les jours. Progresser constamment, tous les jours pour devenir meilleure. Mes co-équipières m’ont suivi dans ma démarche de toujours en faire plus sur et en-dehors de la glace, devenir un exemple pour les autres ça m’a fait très plaisir.  Enfin le titre de MVP, je l’ai partagé avec Libby Doney, ça m’a fait très plaisir de le partager avec elle car c’est une très bonne joueuse de hockey. Elle est toujours positive, nous avons toutes les deux bien géré l’équipe, c’est une vraie satisfaction.

Plan de match :  quels sont tes objectifs pour toi la prochaine saison ?

Pour moi la saison prochaine avec Saint Norbert c’est de gagner le championnat régional mais aussi le national. D’avoir le même état d’esprit dans et en-dehors de la glace.

L’autre objectif est d’être sélectionné en Equipe de France et de continuer à faire mes preuves avec l’équipe nationale… Que cela soit pour les championnats du monde ou la qualification olympique. Je vais travailler tous les jours très dur pour répondre aux attentes. A titre plus personnel c’est de passer de bons moments avec l’équipe et ma colocataire avec qui je vis depuis 3 ans. C’est un vrai plaisir.

Anaïs Aurard

Plan de match : Est-ce que tu arrives à garder le lien avec l’Equipe de France tout au long de la saison et comment ? (exemple des sessions videos / webinars) ?

Oui Greg m’appelle tout au long la saison pour avoir des nouvelles et pour avoir les suivis. Mes coachs ici et mon préparateur physique envoient tous mes résultats et des suivis de mon état physique. Cela permet de garder un contact avec l’équipe nationale et il y a une vraie collaboration entre les coachs ici et l’équipe nationale. Cela me permet de ne jamais perdre le fil quand je reviens en France pendant l’intersaison… Enfin quand je peux.

Plan de match : Peux-tu me décrire en 3 mots Chloé Aurard ?

Chloé Aurard est pour moi la meilleure joueuse de Hockey, elle travaille sans arrêt, elle fait toujours de son mieux pour aider son équipe à gagner. Elle a vraiment un talent incroyable, et elle va aller très loin dans le Hockey féminin. C’est une personne qui va toujours être là pour toi, une personne qui ne va jamais lâcher ses rêves et qui va toujours se relever et gagner. Avec ma sœur jumelle on a un vrai lien fort, même si pendant la saison je ne la vois pas beaucoup. Elle comme moi si nous arrivons à être au top niveau c’est parce que nous avons une famille soudée. Nos parents nous ont toujours accompagnés dans nos démarches. C’est grâce à eux, ma sœur et mon frère que j’en suis là aujourd’hui.

L'auteur
Rédacteur en chef, éditorialiste
Suiveur de la Magnus. Suiveur accrédité auprès de l’Equipe de France depuis 2015. Fan de statistiques avancées ou non.
×
Rédacteur en chef, éditorialiste
Suiveur de la Magnus. Suiveur accrédité auprès de l’Equipe de France depuis 2015. Fan de statistiques avancées ou non.

Laissez un commentaire

instagram default popup image round
Follow Me
502k 100k 3 month ago
Share